Mastering numérique

En bref

PROFIL PROFESSIONNEL DES STAGIAIRES

Ingénieurs du son, producteurs de musique assistée par ordinateur, musiciens, et tous professionnels de la musique désirant maitriser le mastering numérique.

PRÉREQUIS

– Connaissance des base d’Ableton Live ou d’un autre DAW type Logic, Cubase, Protools, Reaper…
– Avoir déjà mixé plusieurs morceaux.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

– Développer sa capacité d’écoute analytique avant, pendant et après une session mastering.
– Comprendre le processus du mastering, ses enjeux et ses impératifs
– Identifier ce dont un mix a besoin pour être finalisé lors du mastering afin de répondre au besoin du client (artiste, label)
– Savoir sélectionner et utiliser les outils nécessaires au mastering d’un morceau
– Savoir finaliser un mix en vue d’un mastering optimal
– Pouvoir répondre aux questions techniques d’un potentiel client

INTERVENANTS

Nil Hartman – Musicien, compositeur, Ableton Certified Trainer, ingénieur du son mastering

EN QUELQUES MOTS…

Masteriser, c’est savoir écouter et réagir à propos à ce que l’on entend.
La formation « Mastering numérique », organisée en partenariat avec le label indépendant Jarring Effects, propose de tirer le meilleur parti des solutions logicielles actuelles dans un domaine du son où excelle traditionnellement le matériel analogique haut de gamme. Le savoir faire et le choix des outils étant au centre du cursus.
Parce que le mastering est un domaine d’écoute, des clients (artistes, labels..) comme des morceaux eux même, l’enjeu est de permettre aux stagiaires d’utiliser le conséquent bagage théorique et pratique acquis pendant ces deux semaines pour proposer à leur tour des masters pertinents. Sans renier leurs expériences préalables, au contraire.
Dernière étape de la chaine du disque avant publication d’une oeuvre musicale, le mastering convoque autant rigueur technique et sensibilité artistique que capacité d’échange avec tous les autres acteurs impliqués dans un disque.

La première semaine s’articule autour des 3 processeurs audio clés du mastering : l’égalisateur (EQ) le compresseur et le limiteur. Savoir les choisir dans la myriade d’outil à notre disposition, les régler et les positionner dans l’ordre adéquat (ça change à chaque morceau !) et surtout savoir écouter et identifier ce dont la musique a besoin : voilà les objectifs des 5 premiers jours de formation.
La deuxième semaine de formation permettra aux participants d’enrichir leur « caisse à outil mastering » en se penchant sur d’autres effets et processus moins omniprésents mais tout aussi indispensables : la saturation, le traitement multi-bandes, les outils spectraux, le stem mastering.
La progression pédagogique proposera aux stagiaires de renforcer leurs apprentissages et leurs compétences par une mise en application systématique des notions théoriques présentées. Chaque journée se terminera par une session d’écoute critique, constructive et collective dirigée par le formateur.

La conception du programme et la direction pédagogique ont été confiées à Nil Hartman, musicien électronique multi-casquettes et ingénieur du son spécialisé en mastering. Co-gérant du label de musique informatique 3OP, il masterise l’intégralité du catalogue.
Bien que son portfolio se compose essentiellement de musique synthétique, la présente formation s’adresse aux musiciens et ingénieurs du son de tous bords.
Nil est également Ableton Certified Trainer et consultant pour de nombreux développeurs de logiciels d’informatique musicale.


ACCESSIBILITÉ

Une étude de chaque situation est effectuée par notre référent handicap (Voir page Présentation) pour mettre en place des solutions adaptées


 

Déroulement (résumé)

Jour 1

Introduction au mastering

Jour 2

Fréquences et égalisation

Jour 3

Densité et compression

Jour 4

Volume et contrôle des crêtes inadapté.

Jour 5

  • Chaine(s) de processing
  • Projet semaine 1

Jour 6

La saturation au mastering

Jour 7

EQ dynamique et compresseur multi-bandes, outils de manipulation du champ stereo

Jour 8

Les outils de mastering dits « intelligents » / Nettoyer un morceau

Jour 9

Stem mastering : à mi chemin entre le mixage et le mastering

Jour 10

  • Finalisation d’un master
  • Projet Semaine 2
Formateurs
  • Nil Hartman

    Musicien, compositeur, Ableton Certified Trainer, ingénieur du son mastering

    Un temps étoile montante de la musique électronique française, Nil a joué ses bangers faussement simples et résolument mélodiques à travers l'Europe, notamment sur les scènes des festivals Sonar, Nuits Sonores, Distortion et Reworks, en comptant à chaque fois sur Ableton Live, et ce depuis son premier live en 2005. Ses sorties ont été playlistées par Justice et Busy P, Brodinski, Mark Ronson, Kanye West, Trax, Libération, la BBC et de nombreux artistes indies. Avance rapide d'une décennie, Il a entre-temps employé toute son énergie à parfaire son savoir-faire et à apprendre tout ce qui a trait, de près ou de loin, à la musique. Avec une solide expérience de l'enseignement, Nil est Ableton Certified Trainer depuis 2020 et transmet naturellement ses connaissances et son enthousiasme.

    Afficher la suite

    Sa mission éducative est simple : trouver vos réponses, et ce qu'importent les questions. Votre art est ce qui compte. Nil n’en a pas moins abandonné le studio, et consacre sa pratique à la composition algorithmique et aux différentes formes de synthèse sonore… sans jamais perdre le club de vue.
Programme détaillé

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ (+ TARIF)


PROGRAMME DÉTAILLÉ

Jour 1 : Introduction au mastering
– Présentation de la formation, des stagiaires et du formateur
– Rappel techniques audionumériques généraux
– Les différents formats physiques et numériques
– La fréquence d’échantillonnage
– La résolution
– Ecoute utile : comparaison de masters commerciaux
– Casques ou enceintes de monitoring ?
– Niveau(x) d’écoute et courbe de Fletcher-Munson
– Le metering : mesurer le son, comprendre ces mesures :
+ dB Full Scale
+ RMS / VU
+ LUFS
– Volume perçu et volume absolu.
Mise en application : mesurer et calibrer les morceaux à masteriser.
Objectif : affiner ses capacités d’écoute analytique utile.

Jour 2 : Fréquences et égalisation
– L’égalisateur (EQ) dans le contexte du mastering : EQ corrective ? Créative ?
– Anatomie d’un EQ
– Quel type d’EQ pour quel résultat ? A phase minimum ou linéaire, transparent ou coloré, en série ou parallèle, statique ou dynamique…
– Se repérer dans le spectre auditif : reconnaitre les plages de fréquences, comprendre leurs interactions et comme elles influent notre perception d’un morceau.
– Egalisation Mid/Side.
– Sécuriser les basses fréquences : un enjeu pour l’intégralité du morceau.
Mise en application : égalisation sur mixes stéréo, écoute collective.
Objectif : cibler au mieux les plages de fréquences utiles à l’intelligibilité sur le plus grand nombre de systèmes d’écoute de chaque morceau

Jour 3 : Densité et compression
– Le compresseur dans le contexte du mastering : contrôler la dynamique et souligner le mouvement.
– Détail et explication des différents paramètres d’un compresseur :
+ Threshold et Ratio
+ L’enveloppe : Attack et Release
+ Compensation de gain
– Comprendre le circuit de détection du compresseur, savoir le régler (quand cela est possible)
– Les différents types de compresseurs (100% numérique ou émulation analogique, VCA ou Opto…) : comment choisir l’outil adapté au morceau à traiter ?
– Régler un compresseur de façon musicale et pertinente : guide pratique et méthode.
– Compression parallèle.
Mise en application : compression sur mixes stéréo, écoute collective.
Objectif : savoir sculpter et standardiser la dynamique d’un morceau tout en respectant le mix.

Jour 4 : Volume et contrôle des crêtes
– Peaks PCM ou True peaks : à quelle unité de mesure se fier ?
– Limiteur analogique ou limiter brick wall ? Choisir l’outil adapté.
– Le clipping… délibéré.
– Détails du fonctionnement d’un limiter
– Réglages d’un limiter : vers le compromis le plus musical et adapté au morceau. Savoir entendre son action.
– Dithering : quand, où et pourquoi l’appliquer.
Mise en application : tests de ces différents processeurs audio sur tout type de matériaux sonores.
Objectif : identifier clairement quand le contrôle des crêtes est excessif / inadapté.

Jour 5 : Chaine(s) de processing
– Ordre(s) des processeurs audio, interaction entre ceux-ci.
– Gain matching et monitoring en session.
– Ecoute « A/B ».
– Tester la pertinence technique et musicale du master en cours.
PROJET SEMAINE 1 :
– Chaque stagiaire passe devant les enceintes (et le groupe) et masterise un morceau. Le reste du groupe l’assiste au besoin.
– Bilan collectif de la semaine 1.

Jour 6 : la saturation au mastering
– La saturation est-elle nécessairement audible ?
– Colorer ou pas le son durant le mastering.
– Différents types de saturateurs : les discerner, identifier leurs actions et spécificités.
– L’apport d’harmonique(s)
– Modification de la balance des fréquences
– Modification dynamique
Mise en application : saturation sur mixes stéréo, écoute collective.
Objectif : savoir quand utiliser ou non la saturation dans le contexte spécifique du mastering, apprendre à utiliser le type de saturation adéquat selon le morceau.

Jour 7 : EQ dynamique et compresseur multi-bandes, outils de manipulation du champ stereo
– Définition d’un EQ dynamique
– Utilité d’un EQ dynamique
– Définition d’un compresseur multi-bandes
– Comparaison entre ces deux types de processeurs audio.
– Bénéfices et inconvénients par rapport aux EQs et compresseurs « traditionnels »
– Manipuler le champ stereo, les procédés et outils pour le faire
Mise en application : tests de ces processeurs audio sur morceaux mixés, écoute collective.
Objectif : identifier quand avoir recours à ces outils, indispensable dans la caisse à outils de l’ingénieur du son mastering… mais pas à chaque morceau.

Jour 8 : Les outils de mastering dits « intelligents » / Nettoyer un morceau
– Outils spectraux : définition, explication et écoute critique
– Suppression de résonance(s) : statique ou dynamique ?
– EQ automatiques : une multitude d’approche
– Les problèmes de bruit
– Les problèmes de sibilance et le contrôle des hautes fréquences
Mise en application : tests de ces processeurs audio sur morceaux mixés, écoute collective.
Objectif : identifier quand avoir recours à ces outils

Jour 9 : Stem mastering : à mi chemin entre le mixage et le mastering.
– Définition de ce type particulier de mastering.
– Stratégie(s) et méthode(s) : comment ne pas empiéter sur le travail accompli au mixage ?
Mise en application : les stagiaires doivent masteriser un morceau depuis plusieurs stems. – Une station par stagiaire comprenant :
+ 1 Mac équipé Ableton Live ou Reaper
+ Suite de plugins Tokyo Dawn Labs + assortiment de plugins sélectionnés par le formateur
+ 1 carte son
+ 1 casque audio
– Vidéoprojecteur + écran
– Enceintes monitoring pour l’écoute des travaux
Les notions vues précédemment seront toutes convoquées dans le cadre de ce cas pratique.

Jour 10 : Finalisation d’un master
– Fades
– Séquencer un EP / LP
– ID-tags
– Ré-échantillonnage audio
– Exports
– Spécificités du mastering vinyle
– Dynamique / crêtes
– EQ
– Image stereo
– Quid du streaming ? Discussion et conseil
PROJET SEMAINE 2 :
• Chaque stagiaire passe devant les enceintes (et le groupe) et masterise un morceau. Le reste du groupe l’assiste au besoin.
• Bilan collectif de la semaine 2.


SUPPORTS DE TRAVAIL

Mixs et stems issus de l’expérience du formateur, exemples audios.
Les stagiaires pourront amener leurs propres mixs et stems pour les utiliser comme supports de travail.


TECHNIQUES PÉDAGOGIQUES

– Exposés / cours théoriques
– Exercices
Des exercices de mise en pratique sont systématiquement proposés à l’issue de la présentation théorique des notions abordées.
– Entrainement
Lors des jours 5 et 10, chaque stagiaire mène un projet de composition mettant en ouvre l’ensemble des notions vues dans la semaine qui s’est écoulée.
– Entretien avec des professionnels
Des échanges sont menés régulièrement avec le formateur, professionnel expérimenté en activité.
– Débat, discussion
A l’issue de l’écoute des travaux réalisés par les stagiaires

L’effectif maximum de la formation limité permet d’assurer un suivi individuel et personnalisé de chacun. Il permet des échanges approfondis entre les participants et le formateur et il contribue à la création d’une dynamique de groupe.


ÉVALUATION

L’évaluation est continue tout au long de la formation.
Evaluation en fin de stage
Elle s’effectue lors du jour 10, à l’issue du projet de composition mené par chaque stagiaire.
Le formateur évalue l’acquisition des objectifs pour chaque stagiaire à l’aide d’une grille d’évaluation dont les critères ont été déterminés en amont par le formateur et le responsable pédagogique.
Des bilans et synthèses personnalisés sont effectués par le formateur.

Moyens techniques

– Une station par stagiaire comprenant :
+ 1 Mac équipé Ableton Live ou Reaper
+ Suite de plugins Tokyo Dawn Labs + assortiment de plugins sélectionnés par le formateur
+ 1 carte son
+ 1 casque audio
– Vidéoprojecteur + écran
– Enceintes monitoring pour l’écoute des travaux