Composer pour l'image (cinéma, télévision)

En bref

PROFIL PROFESSIONNEL DES STAGIAIRES

Compositeurs et musiciens souhaitant travailler pour le cinéma et la télévision

PRÉREQUIS

– Avoir une bonne connaissance du solfège et de l’harmonie
– Maîtriser la notation musicale
– Expérience de la composition musicale
– Pratique avérée d’un logiciel de MAO (Logic Pro X, Cubase, etc…) avec usage de banques de son et de plugs in.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

– Acquérir les compétences musicales et artistiques nécessaires pour composer une musique de film
– Acquérir les compétences techniques et méthodologiques nécessaires à la bonne gestion d’un projet de musique à l’image
– Analyser et comprendre un scénario
– Identifier l’environnement professionnel du compositeur de musique à l’image

INTERVENANT

Nathanaël Bergèse – Compositeur, superviseur musical

EN QUELQUES MOTS…

La formation « Composer pour l’image » propose aux musiciens et compositeurs désireux de travailler pour la musique à l’image d’acquérir des compétences indispensables pour envisager d’atteindre cet objectif. Compétences musicales (mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales) qui leur permettront de composer une musique à même de répondre aux attentes des réalisateurs avec qui ils seront amenés à collaborer, mais également compétences techniques et méthodologiques nécessaires pour mener à bien un projet de musique à l’image s’inscrivant dans une production professionnelle, en sachant dialoguer avec les différents interlocuteurs (réalisateur, directeur artistique, superviseur musical…) ainsi qu’en respectant les contraintes budgétaires et les délais.

Après avoir présenté un historique de la musique à l’image permettant de doter les stagiaires d’un « bagage culturel » indispensable pour comprendre les ressorts de la dramaturgie filmique et sonore, la première semaine de formation s’attachera à doter les stagiaires des bases musicales techniques nécessaires pour composer une musique spécifique pour l’image. Par l’identification et l’analyse des grandes techniques musicales de référence utilisées en musique à l’image dans un premier temps, puis par la mise en œuvre de ces dernières.

La deuxième semaine permettra d’appréhender et de comprendre le métier de compositeur à l’image dans sa globalité. Elle proposera aux participants de comprendre et maitriser les « outils » à la disposition du compositeur pour appréhender correctement un projet (comprendre les attentes d’un réalisateur et savoir y répondre), mais aussi pour exprimer et argumenter ses choix et ses propositions. Elle proposera également d’acquérir une méthodologie permettant de travailler efficacement et de répondre aux exigences posées par les différentes situations possiblement rencontrées (suivant le type de projet, son budget, les délais imposés, l’avancée du projet au moment de la commande, etc…).


ACCESSIBILITÉ

Une étude de chaque situation est effectuée par notre référent handicap (Voir page Présentation) pour mettre en place des solutions adaptées


Déroulement (résumé)

JOUR 1

– Historique de la musique à l’image
– Identification des principales techniques mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales utilisées en musique à l’image

JOUR 2

Identification des principales techniques mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales utilisées en musique à l’image (suite)

JOUR 3

– Etude du style et des techniques musicales utilisées par des compositeurs marquants de l’histoire du cinéma
– Méthodologie de travail sur Logic Pro X

JOUR 4

Méthodologie de travail sur Logic Pro X

JOUR 5

Exercice de mise en pratique des techniques musicales identifiées  : exercice de composition musicale « dans le style de… »

JOUR 6

– Savoir analyser et comprendre un scénario
– Les « outils » complémentaires pour appréhender et comprendre un projet. Le synopsis / l’arche narrative, le story board, l’animatique (spécifique au film d’animation)

JOUR 7

– La relation au réalisateur
– Les « outils » pour appréhender et comprendre un projet
– La note d’intention musicale : exprimer et argumenter ses choix et ses propositions
– Respecter les contraintes budgétaires d’un projet

JOURS 8 ET 9

– Méthodologie de travail
– Mise en pratique
Chaque stagiaire compose la musique d’une ou plusieurs séquences de film vierges de musique, en écrivant le sketch puis en réalisant la maquette orchestrée

JOUR 10

Optimisation du rendu sonore

Formateurs
  • Nathanaël Bergèse

    Compositeur, superviseur musical

    Nathanaël Bergèse travaille depuis de nombreuses années pour la musique à l’image, aussi bien pour la fiction que le documentaire, le film d’animation ou la publicité. Il a notamment signé la musique du long métrage d’animation « Wardi / The Tower » de Mats Grorud, qui a obtenu le prix de la meilleure bande-son au festival Monstra de Lisbonne en 2019, ainsi que celle de la collection « En sortant de l’école » primée au festival d’Annecy 2014 - diffusion France Télévision et sortie cinéma en 2014). Il a également assuré la supervision musicale de nombreux projets (« Je sors acheter des cigarettes » d’Osman Cerfon / Miyu Productions, nommé aux Césars 2020).

    Afficher la suite

    Pianiste et arrangeur formé aux conservatoires de Villeurbanne et de Lyon, il est également diplômé en Jazz et en composition de musique à l’image. Il dirige aujourd’hui le département musique à l’image du conservatoire de Valence. Musicien aux multiples facettes, il écrit et compose depuis 20 ans pour la chanson, le jazz et le spectacle vivant. Également formé au droit de la propriété intellectuelle, il est directeur artistique d’Adélie Prod, , studio de création sonore et société d’édition musicale dédiée à l’image, basée sur le Pôle de l’image animée « La Cartoucherie » à Bourg-lès-Valence (26).
Programme détaillé

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ  (+ TARIF)

PROGRAMME DÉTAILLÉ

JOUR 1

Présentation
– Présentation de l’intervenant et de son parcours
– Présentation des stagiaires
– Présentation de la formation dans ses objectifs et son déroulé
Historique de la musique à l’image
– Présentation de l’histoire de la musique à l’image, depuis l’avènement du sonore jusqu’à aujourd’hui.
– Présentation des différentes grandes tendances et formes de liens musique/image à travers le temps, illustrée par le visionnage/écoute de nombreuses séquences filmiques
Ces présentations permettront d’acquérir un vocabulaire commun musique/image en nommant les procédés musicaux utilisés de manière claire.
Identification des principales techniques mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales utilisées en musique à l’image
Etude de séquences musicales « types » du point vue des émotions exprimées ou induites par le film (tristesse, peur, sentiment héroïque, etc… )
Cette étude se fera de la façon suivante :
Un visionnage d’extraits de film est effectué. Sous la direction du formateur, les stagiaires effectuent des relevés musicaux.
Ces derniers sont ensuite analysés et commentés par le formateur qui mettra en lumière les procédés harmoniques, mélodiques, rythmiques et orchestraux utilisés dans les différents cas de figure.

JOUR 2

Identification des principales techniques mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales utilisées en musique à l’image (suite)
Etude de séquences musicales « types » du point de vue :
– de l’atmosphère (mystère, suspense, magie, etc…)
– du registre (comédie, drame, aventure, horreur…)
Visionnage/relevés musicaux/analyse par le formateur
Exercice pratique
Les stagiaires visionnent un extrait de film et procèdent à l’analyse de la musique avant d’en effectuer une restitution orale.
Analyse et commentaires du formateur.
Chaque stagiaire devra notamment être capable de faire les relevés nécessaires et pertinents en fonction de l’extrait proposé, afin d’identifier les techniques mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales utilisées
Au cours de la restitution orale, il devra replacer la terminologie adéquate dans le bon contexte.

JOUR 3

Etude du style et des techniques musicales utilisées par des compositeurs marquants de l’histoire du cinéma
Analyse détaillée rythmique, harmonique, mélodique et orchestrale d’œuvres de compositeurs références (John Williams, Thomas Newman, Philip Glass, James Newton Howard, Max Steiner, etc…)
L’étude se fait soit par visionnage/relevés musicaux/analyse soit par écoute et analyse des partitions fournies par le formateur.

JOUR 4

Méthodologie de travail sur Logic Pro X
Création de template, fonctions avancées d’éditions (vélocité, expression, quantification du temps, édition du tempo ..) et de programmation, gestion des banques sonores.
Comment travailler sur Logic Pro X de façon efficace, en corrélation avec les réalités du métier.
Exercice de mise en pratique
Sur des situations proposées par le formateur, les stagiaires créent leurs propres templates, utilisent les banques de son, enregistrent en midi quelques parties et utilisent les fonctions d’édition vues précédemment.
Analyse et commentaires du formateur.

JOUR 5

Exercice de mise en pratique des techniques musicales identifiées  : exercice de composition musicale « dans le style de… »
– Sur Logic Pro X, à l’aide des banques de son, en mettant en oeuvre les techniques mélodiques, harmoniques, rythmiques et orchestrales identifiées lors du jour 3, chaque stagiaire compose de courtes séquences «dans le style » d’un compositeur référence étudié précédemment.
– Restitution à l’ensemble du groupe. Analyse et commentaires par le formateur de l’ensemble des propositions musicales

JOUR 6

Savoir analyser et comprendre un scénario
– L’écriture scénaristique : une écriture spécifique, « visuelle »
– Comprendre les enjeux d’un scénario dans sa globalité. Identifier sa structure et les « mouvements » qui le composent
– Comprendre les enjeux d’une scène spécifique. Savoir repérer les moments clés, les points de rupture
Etude de cas
Basés sur l’expérience du formateur, à partir de documents fournis par ce dernier
Les « outils » complémentaires pour appréhender et comprendre un projet
– Le synopsis / l’arche narrative
– Le story board
– L’animatique (spécifique au film d’animation)
Présentation détaillée de chacun de ces éléments, de leur positionnement dans le processus de production.
Comment aborder chacun de ces éléments. Comment en retirer les informations importantes. Comprendre les enjeux et anticiper.
Etude de cas
Basés sur l’expérience du formateur, à partir de documents fournis par ce dernier

JOUR 7

La relation au réalisateur
– La nature des échanges réalisateur/compositeur et leur « langage ».
– Savoir lire et comprendre une note d’intention
– Savoir comprendre et traduire les attentes du réalisateur suite au visionnage du film.
– Le travail avec les pistes temporaires
– Le dialogue compositeur-réalisateur aux différentes étapes de développement du projet
L’exposé de ces éléments sera illustré par de nombreux exemples issus de l’expérience du formateur.
Les « outils » pour appréhender et comprendre un projet
– Le scénario
– Le synopsis / l’arche narrative
– Le story board
– L’animatique (spécifique au film d’animation)
Présentation détaillée de chacun de ces éléments, de leur positionnement dans le processus de production.
Comment aborder chacun de ces éléments. Comment en retirer les informations importantes. Comprendre les enjeux et anticiper.
Etude de cas basés sur l’expérience du formateur, à partir de documents fournis par ce dernier 
La note d’intention musicale : exprimer et argumenter ses choix et ses propositions
– Quelle fonction dans le dialogue avec le réalisateur et l’équipe de production ?
– Méthodologie de rédaction
– Utilité dans les demandes d’aides diverses
Respecter les contraintes budgétaires d’un projet

JOUR 8

Méthodologie de travail
– Présentation détaillée des 4 étapes (possibles) de la création d’une musique à l’image.
+ Le sketch
+ L’orchestration
+ La maquette
+ La programmation finale
– Etude de cas issus de l’expérience du formateur
Comprendre les enjeux des différentes étapes de création possibles.
– Proposition d’une méthodologie de travail applicable aux différentes circonstances rencontrées dans le métier.
Exercice de mise en pratique
Des séquences vierges de musique sont proposées aux stagiaires.
Chaque stagiaire doit en composer la musique, en écrivant le sketch puis en réalisant la maquette orchestrée

JOUR 9

Exercice de mise en pratique (suite)
Chaque stagiaire compose la musique d’une ou plusieurs séquences de film vierges de musique, en écrivant le sketch puis en réalisant la maquette orchestrée
Restitution à l’ensemble du groupe. Analyse et critique par le formateur de l’ensemble des propositions musicales

JOUR 10

Optimisation du rendu sonore
Travail spécifique sur la programmation abordant les problématiques de rendu sonore.
Jusqu’où peut-on aller en programmation ? Avec quels outils ? Quels sont les écueils à éviter ? Quelles sont les limites à se donner ?
Conseils de mixage et de production sonore
Exercice de mise en pratique
Chaque stagiaire travaille sur l’optimisation du rendu sonore de la maquette qu’il a orchestrée lors des jours 8 et 9.
Restitution à l’ensemble du groupe. Analyse et critique par le formateur des choix sonores effectués par chaque participant.


SUPPORTS DE TRAVAIL

– Long métrages de fiction, séries et documentaire de référence pour l’écoute, l’analyse et les relevés.
– Partitions d’œuvres de compositeurs références
– Animatiques, scénario, story board, notes d’intention de réalisateur
– Séquences de film vierges de musique pour exercice pratique (jours 8 et 9)
– Court métrage de fiction ou d’animation (vierge de musique) pour la partie mise en situation avec le réalisateur.


TECHNIQUES PÉDAGOGIQUES

– Exercices
Des exercices de mise en pratique, notamment des exercices de composition musicale, sont systématiquement proposés à l’issue de la présentation théorique des notions abordées
– Exposés / cours théoriques
Historique de la musique à l’image (jour 1)
– Entretien avec des professionnels
Des échanges sont menés régulièrement avec le formateur, professionnel expérimenté en activité, sur le métier de compositeur de musique à l’image et sur les attentes de la profession.
– Débat, discussion
A l’issue du visionnage/écoute des travaux réalisés par les stagiaires
L’effectif maximum de la formation (6 participants) permet d’assurer un suivi individuel et personnalisé de chacun. Il permet des échanges approfondis entre les participants et le formateur  et il contribue à la création d’une dynamique de groupe.


ÉVALUATION

L’évaluation est continue tout au long de la formation, notamment lors des exercices de mise en pratique.
Evaluation en fin de stage
Cette évaluation se fait à l’issue de l’exercice pratique proposé en fin de formation (jours 8 et 9)
Le formateur évalue l’acquisition des objectifs pour chaque stagiaire à l’aide d’une grille d’évaluation dont les critères ont été déterminés en amont par les formateurs et le responsable pédagogique.
Des bilans et synthèses personnalisés sont effectués par le formateur

Moyens techniques

– Une station complète par stagiaire comprenant :
+ iMac
+ Softwares : Mac OS X, Logic Pro 10
+ Banques de son professionnelles
+ Clavier Midi
+ Casque
– Vidéoprojecteur + écran
– Système de diffusion audio