Etablir un budget de production documentaire

En bref

PROFIL PROFESSIONNEL DES STAGIAIRES

– Producteurs, directeurs de production, chargés de production, assistants de production et tous membres de sociétés de production documentaire amenés à établir un budget de production documentaire
– Auteurs-réalisateurs souhaitant comprendre comment un projet de film documentaire est budgetisé (dépouillement, chiffrage)

PRÉREQUIS

– Connaissance des fondamentaux de la production audiovisuelle
– Pratique préalable et maitrise d’un tableur (Excel ou équivalent)

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

– Identifier et comprendre la structure d’un devis CNC
– Savoir « dépouiller » (analyser les contraintes techniques et déterminer les besoins matériels et humains nécessaires à la production) et chiffrer un projet documentaire en fonction de choix formels, techniques et narratifs.

INTERVENANT

Fred Duuez – Directeur de production

EN QUELQUES MOTS…

L’élaboration du budget/devis est une étape cruciale dans la vie d’un projet de film documentaire. Obligatoire pour effectuer une demande de financement et d’aides (notamment auprès du CNC), il permettra dans un premier temps d’évaluer les besoins en financement et d’estimer la faisabilité du projet. Plus tard, il s’avérera être un document nécessaire pour la gestion quotidienne de la production, quand il s’agira d’évaluer et suivre toutes les dépenses : dépenses de développement, coûts de production et de postproduction, etc…
La personne en charge d’établir le budget/devis devra bien sûr, in fine, élaborer un document structuré répondant à un certain nombre de critères (mentionnant notamment, les onze postes budgétaires prévus dans le modèle type établi par le CNC) mais elle devra avant toute chose savoir dépouiller et chiffrer le projet documentaire en fonction de choix formels, techniques et narratifs.
Elle devra notamment savoir analyser le dossier du film pour identifier les lieux de tournage, analyser les besoins techniques spécifiques en tournage et en post production (nombre de semaine de montage, graphisme etc…). Elle devra également savoir adapter le devis en fonction du potentiel de financement du film et de la réalité financière du projet, et identifier les leviers pour faire baisser le cout d’un film.

La formation « Etablir un budget de production documentaire» se propose d’aborder les problématiques évoqués ci-avant grâce à l’intervention d’un directeur de production confirmé, accompagnant au quotidien des sociétés de production audiovisuelle. Celui-ci proposera aux stagiaires une approche volontairement concrète et pratique, s’appuyant sur plusieurs études de cas issus de son expérience professionnelle et proposant des exercices qui permettront de systématiquement mettre en pratique les notions et connaissances présentées.
La première journée de la formation sera consacrée à l’étude et l’analyse détaillée des onze postes budgétaires du devis type CNC, puis la deuxième journée se proposera de faire un focus sur le dépouillement et le chiffrage.
Le formateur fera notamment une proposition de méthodologie, s’appuyant sur une étude de cas (documentaire déjà produit issu de son expérience professionnelle).
La troisième et dernière journée sera principalement consacrée à une mise en situation réelle. Le formateur fournira pour l’occasion un dossier de film documentaire ainsi que toutes les données et informations nécessaires relatives au projet (potentiel de financement du film, réalité financière du projet, contraintes, échanges en amont sur les besoins du réalisateur, etc…). Les stagiaires établiront alors en autonomie le budget/devis de production de ce projet.


ACCESSIBILITÉ

Une étude de chaque situation est effectuée par notre référent handicap (Voir page Présentation) pour mettre en place des solutions adaptées

Déroulement (résumé)

JOUR 1

L’analyse des 11 postes budgétaires du devis type CNC

JOUR 2

– Dépouillement et chiffrage – Méthodologie

– Dépouillement et chiffrage – Première mise en pratique

JOUR 3

Dépouillement et chiffrage – Mise en situation réelle

Formateurs
  • Fred Duuez

    Directeur de production

    Fred Duuez travaille dans la production audiovisuelle depuis plus de 20 ans, principalement dans le film documentaire. Il a assuré la direction de production de la série « Les Nouveaux Explorateurs » pour Canal+, ou « Sur les traces de Tintin » pour Arte au sein de Gédeon Programmes, Il a été directeur de production sur 3 longs-métrages documentaires avec la Huit Productions, « Jaurès » de Vincent Dieutre (sélectionné à la Berlinale 2012), « Parce que j’étais peintre » de Christophe Cognet, « Orlando Ferrito » de Vincent Dieutre (sélectionné au Festival International du Film de Rome en 2013). Au sein de la Huit Productions, il a également assuré la direction de production sur plusieurs documentaires pour Arte, TV5, France 3 et France O.

    Afficher la suite

    Il a également travaillé sur la série documentaire « Le Monde de Jamy » pour France 3 avec la société MFP (aujourd’hui France TV Studio), pour laquelle il a aussi développé un documentaire scientifique pour Arte et un documentaire animalier pour France 2. Il a été directeur de production de films institutionnels, participant à la gestion quotidienne des entreprises Aftermedia (Genève) et Pixpocket (Annecy). Il a rejoint Cocottesminute productions en février 2020 en tant que directeur de production, il travaille sur des documentaires pour Arte, France 5, Ciné+, tels que « Démocratie Animale », « Cataclysmes, les grands régulateurs », « L’odyssée du grand bison d’Europe » ou « Le Président au cinéma, un héros très discret ».
Programme détaillé

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ (+ TARIF)

PROGRAMME DÉTAILLÉ

JOUR 1

Présentation
– Présentation de l’intervenant et de son parcours
– Objectifs et déroulé de la formation
L’analyse des 11 postes budgétaires du devis type CNC
1/ Les droits artistiques
– Le scénario : original ou adaptation.
– Le réalisateur : les usages de la rémunération du réalisateur, et les règles de rémunération (proportion salaire/droits d’auteur).
– La musique : avantages et inconvénients du choix d’une musique originale
– Les archives : quel coût pour le film ?
2/ Le personnel
– Présentation de la grille tarifaire des minima de la Convention Collective nationale de la production audiovisuelle : tarif par poste, déclaration jour/semaine/ mois : 35 ou 39h ?
– La négociation avec les techniciens.
– La prise en compte des jours de déplacement.
3/ L’interprétation
– La voix-off et le doublage .
– Le docu fiction ou la prise de vue en studio.
4/ Les charges sociales
– Différence entre droits d’auteur et salaire
– Les différents pourcentages applicables
5/ Les décors et les costumes
L’hypothèse du docu fiction et du tournage d’illustrations en studio.
6/ Les transports, défraiements, la régie
– Le tournage en France ou à l’étranger.
– Le transport du matériel de tournage
– Les visas de tournage pour le personnel / Le carnet ATA pour le matériel.
7/ Les moyens techniques et 8/ Les pellicules et laboratoire
– Chaque tournage est spécifique et comporte une liste de matériel différente pour chaque sujet, aussi bien pour l’image que pour le son ; l’importance de la discussion préalable avec le réalisateur et les chefs de poste.
– Tournage 2K /4K : un surcoût au tournage, mais aussi en postproduction.
– Les finitions : conformations, étalonnages, mixages, des étapes à ne pas négliger.
– Le bruitage : un coût à prévoir pour certaines productions, notamment en animalier.
– Le graphisme 2D ou 3D, les effets-spéciaux.
– L’importance de la gestion des données en tournage, en post-production, puis en archivage.
9/ Les assurances et divers (frais de publicité et frais financiers)
– La responsabilité civile du producteur
– L’assurance tournage pour le matériel et le personnel
– L’assurance support
10/ Les frais généraux
Ils sont essentiels et ils constituent une fraction des coûts habituels supportés par la société de production. Quel montant prévoir ?
11/ Les imprévus
– Le calcul des imprévus
– La différence entre le devis et le budget définitif

JOUR 2

Dépouillement et chiffrage : méthodologie
– Proposition d’une méthodologie de dépouillement et de chiffrage
En s’appuyant sur une étude de cas d’un documentaire déjà produit issu de son expérience professionnelle (et que les stagiaires auront visionné en amont), le formateur propose une méthodologie de chiffrage et de dépouillement.
Comment dépouiller et chiffrer un projet documentaire en fonction des choix formels, techniques et narratifs ?
+ Analyse du dossier : lieux de tournage (France ou étranger), les moyens techniques, besoins en personnel, analyse des besoins spécifiques en tournage (nombre de caméra, prise de son…) et en post production (nombre de semaine de montage, graphisme etc…
+ L’adaptation du devis en fonction du potentiel de financement du film et de la réalité financière du projet.
+ Quels sont les leviers pour faire baisser le coût d’un film ?
+ Quelles différences entre un devis de documentaire télé et un devis de documentaire cinéma ?
– Mise en pratique
+ Mettant en œuvre la méthodologie proposée, chaque stagiaire effectue un dépouillement et établit les grandes lignes du devis de production du projet documentaire proposé par le formateur.
+ Analyse par le formateur des différents chiffrages établis par les stagiaires. Mise en perspective avec le budget définitif du documentaire étudié
+ Echanges et débat.

JOUR 3

Dépouillement et chiffrage – Mise en situation réelle
– Exercice de mise en situation réelle
Sous la tutelle du formateur, chaque stagiaire travaille sur un nouveau projet de film documentaire proposé par le formateur, qui fournit pour l’occasion un dossier de documentaire ainsi qu’un certain nombre de données relatives au projet (potentiel de financement du film, réalité financière du projet, contraintes, échanges en amont sur les besoins du réalisateur, etc…).
Chaque stagiaire procède au dépouillement, dresse la liste des coûts à engager dans cette production et établit un devis de production.
Cet exercice de mise en situation réelle qui se veut également comme un exercice permettant de synthétiser les notions abordées depuis le début de stage permettra au formateur d’évaluer les acquis des stagiaires.
– Analyse des travaux réalisés
Les grandes lignes budgétaires des devis des stagiaires sont analysées et commentées par le formateur.
Elles sont notamment comparées au devis du formateur :
– Quels sont les différences ?
– Quels choix de réalisation au tournage, en postproduction entraînent une baisse ou une augmentation des coûts ?
– Plusieurs devis possibles pour un même projet : l’importance de la prise en compte au chiffrage des financements du film.
– L’importance du duo producteur / directeur de production dans les discussions budgétaires avec le réalisateur.
Bilan
– Résumé des notions du stage.
– Bilan pédagogique.
– Conseils et ressources.


SUPPORTS DE TRAVAIL

– Modèles de budget type CNC
– Un film documentaire déjà produit
– Dossiers documentaires + différents documents professionnels issus de l’expérience professionnelle du formateur


TECHNIQUES PÉDAGOGIQUES UTILISÉES

– Exposés / cours théoriques
Présentation et analyse des 11 postes budgétaires du devis type CNC (jour 1)
– Exercices
Exercice de mise en pratique de la méthodologie de dépouillement et de chiffrage présentée lors du jour 2
– Mise en situation réelle
Celle-ci réalisée lors du jour 3, permet d’effectuer la synthèse de toutes les notions présentées ors de la formation.
– Entretien avec un professionnel
Des échanges sont menés régulièrement avec le formateur, professionnel expérimenté en activité.
– Débat, discussion


EVALUATION

L’évaluation est continue tout au long de la formation, notamment lors de la mise en pratique du jour 2 ou des questions ouvertes en fin de chaque journée
Evaluation en fin de stage
Elle s’effectue lors du jour 3, lors de la mise en situation réelle.
Le formateur évalue l’acquisition des objectifs pour chaque stagiaire à l’aide d’une grille d’évaluation dont les critères ont été déterminés en amont par le formateur et le responsable pédagogique.
Des bilans et synthèses personnalisés sont effectués par le formateur.

Moyens techniques

– 1 grande salle de travail équipée d’un accès internet
– Vidéoprojecteur + écran
– Système de diffusion audio