Auteur/réalisateur de documentaire pour la télévision

Savoir convaincre producteurs et diffuseurs

En bref

PROFIL PROFESSIONNEL DES STAGIAIRES

Auteurs, réalisateurs, JRI, et plus généralement tous professionnels de l’audiovisuel porteurs de projet(s) de film documentaire pour la télévision

PRÉREQUIS

– Avoir déjà écrit et/ou réalisé un film documentaire ou posséder une expérience professionnelle dans le domaine du film documentaire (que ce soit en écriture, production, tournage ou postproduction)
– Etre porteur d’un projet de film documentaire pour la télévision en cours de développement (premiers repérages, recherches bibliographiques, investigations déjà effectuées avant l’entrée en formation).
La formation étant axée sur la pratique, chaque stagiaire pourra ainsi s’entraîner et mettre en pratique les notions abordées sur son projet.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

– Comprendre et maitriser l’environnement professionnel de l’auteur de documentaire pour la télévision.
– Comprendre les attentes et les exigences des différents partenaires professionnels potentiels
– Acquérir les compétences pour savoir positionner et structurer son projet de film de façon judicieuse, notamment en fonction des attentes des diffuseurs.
– Savoir développer et rédiger un dossier de présentation de film documentaire pour la télévision convaincant
– Etre capable de partager clairement son projet documentaire à l’écrit et à l’oral pour convaincre partenaires et décideurs

INTERVENANTS

Paul-Aurélien Combre – Auteur, réalisateur
Claire Dixsaut – Scénariste, script doctor, auteur
Thierry Berrod – Producteur, auteur, réalisateur
Alexandre Cornu – Producteur (Les Films du Tambour de Soie)
Isabella Pisani – Responsable de l’unité Documentaire et des acquisitions, LCP Assemblée Nationale
Annabel Gain – Responsable des acquisitions et productions documentaires Ushuaïa TV (groupe TF1)

EN QUELQUES MOTS…

Dans un contexte dégradé, les producteurs de documentaires pour la télévision n’ont plus les moyens de former et d’accompagner les auteurs. Ils attendent donc de ces derniers qu’ils leur soumettent des projets à la fois clairs et convaincants, mais aussi déjà bien positionnés en termes de « cible » – diffuseur à qui ils pourront les proposer.
Pour convaincre un producteur et/ou un diffuseur Tv, un auteur de documentaire ne peut donc plus compter uniquement sur la passion qu’il nourrit à l’égard de son sujet ou l’expertise qu’il en possède, aussi intéressant et original ce sujet soit-il.
A l’heure où il n’existe quasiment plus de cases TV accessibles à des films « inclassables », complètement libres en termes de formats, ton et traitement, l’auteur devra en premier lieu s’assurer que son projet puisse répondre à l’attente d’un diffuseur et s’inscrire dans la politique éditoriale d’une chaîne, et ainsi être capable de le positionner judicieusement, dès sa genèse et la phase d’écriture.
Il lui sera ensuite primordial de savoir le défendre, le mettre en valeur, notamment par la rédaction d’un dossier de présentation répondant aux exigences et aux attentes des professionnels du secteur, mais aussi à l’oral, en sachant pitcher son projet pour convaincre un collaborateur potentiel.
Or beaucoup d’auteurs souvent autodidactes n’ont qu’une connaissance très vague de leur place dans la production d’un documentaire, des contraintes des diffuseurs et des producteurs ainsi que de la méthodologie à suivre dans la conception et l’écriture de leur film.
Alors qu’ils travaillent seuls, sans direction claire, sans deadline et sans moyen, leur écriture peut s’éterniser pendant plusieurs mois, voire plusieurs années, sans emprunter une direction qui permettrait à leur projet d’avoir de réelles chances d’aboutir.

C’est sur la base de ce constat que le dialogue s’est établi entre Les Escales Buissonnières et Mona Lisa Production, acteur majeur de la production de films documentaires, pour aboutir à la mise en place de la formation « Auteur/réalisateur de documentaire pour la télévision : savoir convaincre producteurs et diffuseurs ».
Volontairement ancrée dans la réalité professionnelle, faisant appel à des intervenants professionnels en activité chevronnés du secteur, celle-ci propose aux auteurs, auteurs-réalisateurs et tous porteurs de projets de films documentaires destinés à la télévision d’acquérir les connaissances techniques et méthodologiques nécessaires pour optimiser leurs chances de convaincre un producteur et/ou un diffuseur.

Après le rappel de quelques notions fondamentales permettant de positionner un projet de documentaire sur de « bons rails » (via quelques rappels dramaturgiques et la transmission d’une méthodologie d’optimisation des recherches et investigations), la formation proposera aux stagiaires d’acquérir une bonne connaissance du panorama du documentaire TV, en étudiant la politique éditoriale des différentes chaînes de télévision et des cases TV.
En lien direct avec cette étude, elle leur permettra d’apprendre à bien définir leur projet et à faire un vrai choix de traitement de leur sujet, étapes essentielles pour optimiser les chances de voir un film soutenu.
Elle leur proposera ensuite d’apprendre à concevoir, développer et rédiger tous les éléments d’un dossier de présentation convaincant : résumé, synopsis, note d’intention, séquencier, etc…
Enfin, elle leur permettra d’apprendre à partager clairement leur projet à l’écrit et à l’oral, grâce à l’apprentissage et la mise en pratique de techniques fondamentales de pitch.
En fin de formation, une mise en situation réelle sera organisée : les stagiaires présenteront leur projet au cours de simulations de rendez-vous professionnels avec un producteur et deux responsables des programmes documentaires d’une chaîne TV.

La direction pédagogique de la formation a été confiée à Paul-Aurélien Combre, auteur-réalisateur de films documentaires expérimenté.


ACCESSIBILITÉ

Une étude de chaque situation est effectuée par notre référent handicap (Voir page Présentation) pour mettre en place des solutions adaptées


Déroulement (résumé)

JOUR 1

– Mise en perspective de l’environnement professionnel de l’auteur de documentaire pour la télévision
– Débat- Discussion
Comme bilan de cette première demi-journée, une réflexion collective sera menée autour du thème : « marketer » son projet, est-ce le salir ?
– Rappels / Fondamentaux pour « partir du bon pied » : avant l’écriture, savoir optimiser recherches, investigations et bibliographie
– Rappels / Fondamentaux pour « partir du bon pied » : les bases de la dramaturgie
– Rappels / Fondamentaux pour « partir du bon pied » : styles et univers

JOUR 2

Connaître les politiques éditoriales et les « cases » des différentes chaînes de télévision.

JOUR 3

– Définir son projet de film / Choisir le traitement de son sujet
– Les éléments du dossier de présentation : le résumé

JOUR 4

– Les éléments du dossier : le synopsis
– Les éléments du dossier : le séquencier

JOUR 5

– Les éléments du dossier : la note d’intention
– Le « design » du dossier
– Le titre et les phrases d’accroche

JOUR 6

– Le pitch. Cours théorique
– Le pitch. Exercices pratiques
– Le teaser vidéo

JOURS 7 ET 8

Atelier pratique individuel : rédaction du dossier de présentation

JOUR 9

– Le pitch. Mise en pratique
– La phrase d’accroche
– Le Pitch dans l’Ascenseur

JOUR 10

– Mises en situation réelle :
+ Rencontre avec un producteur
+ Rencontre avec des diffuseurs (responsables des productions documentaires d’une chaîne TV)

Formateurs
  • Annabel Gain

    Responsable des acquisitions et productions documentaires Ushuaïa TV (groupe TF1)

    Annabel Gain travaille depuis une vingtaine d'années pour le groupe TF1 au sein duquel elle a occupé diverses fonctions. Elle est aujourd'hui responsable des acquisitions et productions documentaires d’Ushuaïa TV.

    Afficher la suite

  • Paul-Aurélien Combre

    Auteur, réalisateur

  • Thierry Berrod

    Producteur, auteur, réalisateur

  • Alexandre Cornu

    Producteur (Les Films du Tambour de Soie)

    Alexandre Cornu produit chaque année dix à douze heures de programmes audiovisuels pour les chaînes françaises (principalement Arte, France 5, France 3 National et Régions, LCP, Planète +, Vosges Télévision, Lyon Capitale TV) et étrangères (RTBF en Belgique, TSR en Suisse, AVROTROS aux Pays-Bas, YLE en Finlande). Les Films du Tambour de Soie ont été par trois fois nommés (en 2001, 2004 et 2011), pour le Prix du Producteur Français 2012 décerné par la Procirep (catégorie documentaire), avant de se le voir remettre en 2012

    Afficher la suite

    Depuis 5 ans, Alexandre produit également des long métrages destinés au Cinéma, notamment Jasmine de Alain Ughetto, nommé au European Film Awards en 2013, et des programmes nouveaux médias (séries digitales et expériences
  • Isabella Pisani

    Responsable de l’unité documentaires et des acquisitions à LCP-Assemblée nationale

    Présente dès la création de la chaîne, elle se consacre tout d’abord à la programmation et à l’édition. Elle contribue depuis 2005 au développement d’une politique documentaire ambitieuse renforcée depuis la rentrée de septembre 2015 par la diffusion tous les soirs en prime time d’un documentaire suivi d’un débat en présence du réalisateur dans l’émission Débat Doc. Elle a aussi développé une case consacrée à la fiction cinéma et au documentaire long format dans l’émission Grand Ecran, diffusée de 2008 à 2017.

    Afficher la suite

    Membre titulaire des commissions TV de la PROCIREP 2009-2013, ECLA de la région Aquitaine 2012-2014, PICTANOVO de la région Hauts -de-France et Pays de la Loire depuis 2017, CNC IMAGE DE LA DIVERSITÉ 2016-2018 et CNC F.A.I.A (Fond d'Aide à l'innovation Audiovisuelle) depuis 2019.
  • Claire Dixsaut

    Scénariste, script doctor, auteure

    Claire Dixsaut est considérée par la profession audiovisuelle comme LA référence française en termes d’enseignement du pitch. Elle forme à cette discipline depuis 1998 dans divers pays d’Europe, faisant partager aux stagiaires son expérience de diffuseur et productrice, en France et aux USA. Line producer à Canal +, elle a ensuite assuré la création et la direction du pôle de coproduction européenne des documentaires et fictions pour 12 chaînes US du groupe Turner/Time Warner puis la direction des programmes internet de MSN - Microsoft France. En France, elle forme régulièrement au pitch pour différents établissements et institutions audiovisuels: la Femis, INA, SCAM (masterclasses et ateliers en français et en anglais)...

    Afficher la suite

    Claire Dixsaut est co-scénariste de plusieurs sériestélévisées aux Etats-Unis (“Justified”, “Under the Dome”, “The Cleaner”, “The Good guys”) et scénariste d’une dizaine de films Direct to Video puis Direct to VOD. En France, elle est script doctor pour différentes sociétés de production (Gaumont : “OSS 117 : Le Caire Nid d’Espions et “OSS 117 : Rio ne répond plus”, Ego Productions,Kazak Films...) et des scénaristes indépendants. Claire Dixsaut est auteure des romans policiers « Poivre noir » et « 92% chocolat » (Editions La Maison) dans la série « Une enquête criminellede Sam Locksley, chasseur d’épices ».Elle est également l'auteur d'ouvrages cinégastronomiques,comme « À table avec la Mafia », d'unlivre de recettes autour de la bande dessinée Blake & Mortimer, et de guides de voyages gourmands.
Programme détaillé

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ (+TARIF)

PROGRAMME DÉTAILLÉ

JOUR 1

Présentations
– Présentation du formateur référent et de son parcours
– Présentation de la formation dans ses objectifs et son déroulé
– Présentation des stagiaires. Présentation du projet de film documentaire de chaque stagiaire
Mise en perspective de l’environnement professionnel de l’auteur de documentaire pour la télévision
– Les relations avec le producteur
– Les relations avec le diffuseur
– Mise en lumière des attentes et du niveau d’exigence de ces différents interlocuteurs
Cette présentation sera illustrée par une étude de cas :
Le formateur présente aux stagiaires différents dossiers de présentation de documentaires précédemment soumis à des producteurs ou diffuseurs et qui ont su ou non convaincre leurs lecteurs.
Identification des erreurs les plus souvent constatées et du niveau d’exigence des différents lecteurs. Analyse / commentaires.
– La nécessité pour l’auteur de répondre aux exigences de ses interlocuteurs :
+ Connaître l’attente des diffuseurs (politique éditoriale et cases TV) et savoir positionnner son projet en conséquence dès sa génèse et la phase d’écriture
+ Maîtriser la conception et la rédaction du dossier de présentation et de ses différents éléments (synopsis, résumé, note d’intention, etc…)
+ Savoir présenter son projet à l’oral, comme à l’écrit
Débat- Discussion
Comme bilan de cette première demi-journée, une réflexion collective sera menée autour du thème : « marketer » son projet, est-ce le salir ?
Rappels / Fondamentaux pour « partir du bon pied » : avant l’écriture, savoir optimiser recherches, investigations et bibliographie
– Comment faire en sorte que toute la matière du « réel » soit recueillie avant le travail d’écriture.
– Proposition par le formateur d’une méthodologie efficace pour les recherches et la bibliographie.
– Atelier pratique collectif :
+ Les participants partagent l’état des lieux des recherches et enquêtes menées pour leur projet et exposent la méthodologie utilisée pour ces dernières.
+Débat/Discussion
+ Analyse par le formateur des points forts et des carences des recherches et des méthodologies mises en place pour chacun. Commentaires.
Rappels / Fondamentaux pour « partir du bon pied » : les bases de la dramaturgie
– Rappels théoriques essentiels autour de la narration et de la structure en documentaire.
– Atelier pratique collectif :
+ Les participants exposent l’histoire qu’ils veulent raconter grâce à leur projet.
+Débat/Discussion
+ Analyse par le formateur des histoires portées par les projets. Commentaires.
Rappels / Fondamentaux pour « partir du bon pied » : styles et univers
– Etude de la grammaire cinématographique dominante ou acceptée en documentaire à la télévision.
– Analyse des styles et univers des documentaires de télévisons

JOUR 2

Connaître les politiques éditoriales et les « cases » des différentes chaînes de télévision.
– Etat des lieux du documentaire pour la télévision en France.
– Présentation des politiques éditoriale des différentes chaînes en termes de documentaire : France 2, France 3, France 5, chaînes de la TNT, chaînes régionales et locales.
– Analyse des « cases » documentaires chez les diffuseurs principaux et secondaires.
– Les attentes en termes de dossiers, en termes d’écriture
– Analyse des formats et des besoins de chaque case. Visionnage d’extraits de films programmés dans certaines cases.
– Tour d’horizon des ressources disponibles pour se tenir au courant des évolutions.
– Echanges et conseils

JOUR 3

Définir son projet de film / Choisir le traitement de son sujet
– Le sujet n’est pas le projet : prendre conscience qu’un même sujet peut être traité de façons très différentes.
+ Visionnage d’extraits de films aux thèmes très proches mais aux traitements radicalement différents. Analyse / Commentaires
+ Exercice pratique :
A partir de sujets donnés par le formateur, chaque stagiaire imagine et définit un projet possible.
Restitution au groupe.  Analyse de chaque projet par le formateur / commentaires
– Savoir définir son projet de film et choisir un traitement
Le formateur transmet une méthodologie pour définir le traitement de son sujet, grâce notamment à la mise en place d’un entonnoir de décisions proposant des question simples.
Exercice pratique
Mise en place d’un entonnoir de décisions : en répondant à des questions simples, les stagiaires définissent peu à peu leur projet à partir du sujet qu’ils ont choisi et parviennent à un projet défini et comparable à quelque chose de « reconnaissable » par des partenaires potentiels.
Débat- Discussion
Comme bilan de la matinée, une réflexion collective est menée : liberté de l’auteur versus les cases de télévision. Aspects artistiques versus intérêts économiques.
Les éléments du dossier de présentation : le résumé
– Le résumé : savoir donner envie en quelques mots. Sa place dans le dossier documentaire, son usage. Règles et méthodologie pour écrire un résumé « performant ».
– Etude de cas issus de l’expérience du formateur ou de celle des stagiaires. Analyse par le formateur de résumés contenus dans des dossiers de films documentaire ayant connus ou non une issue positive.
– Exercice : chaque stagiaire écrit le résumé d’un film connu. Analyse et commentaires du formateur.
– Mise en pratique :
Les stagiaires écrivent une première version du résumé de leur projet en cours sous la direction du formateur. Restitution collective du travail. Analyse, commentaires du formateur.

JOUR 4

Les éléments du dossier : le synopsis
– Le synopsis, sa place dans le dossier documentaire, son usage. Règles et méthodologie pour écrire un bon synopsis.
– Etude de cas issus de l’expérience du formateur ou de celle des stagiaires. Analyse par le formateur de synopsis contenus dans des dossiers de films documentaire ayant connus ou non une issue positive.
– Exercice : chaque stagiaire écrit le synopsis d’un film connu. Analyse et commentaires du formateur.
– Mise en pratique :
Les stagiaires écrivent une première version du synopsis de leur projet sous la direction du formateur. Restitution collective du travail. Analyse, commentaires du formateur.
Les éléments du dossier : le séquencier
– Le séquencier, sa place dans le dossier documentaire, son usage. Règles et méthodologie pour établir correctement un séquencier.
– Etude de cas issus de l’expérience du formateur ou de celle des stagiaires. Analyse par le formateur de séquenciers contenus dans des dossiers de films documentaire ayant connus ou non une issue positive.
– Exercice : chaque stagiaire écrit le séquencier d’une séquence projetée. Analyse et commentaires du formateur.
– Mise en pratique :
Les stagiaires écrivent une première version du séquencier de leur projet sous la direction du formateur. Restitution collective du travail. Analyse, commentaires du formateur.
Débat – Discussion
Comme bilan de la journée, réflexion collective autour du thème : comment écrire quelque chose qui n’a pas eu lieu ? Comment anticiper le réel ?

JOUR 5

Les éléments du dossier : la note d’intention
– La note d’intention, sa place dans le dossier documentaire, son usage. Règles et méthodologie pour écrire la note d’intention.
– Etude de cas issus de l’expérience du formateur ou de celle des stagiaires. Analyse par le formateur de notes d’intention contenues dans des dossiers de films documentaire ayant connus ou non une issue positive.
– Exercice : chaque stagiaire écrit la note d’intention d’un film connu. Analyse et commentaires du formateur.
– Mise en pratique :
Les stagiaires écrivent une première version de la note d’intention de leur projet en cours sous la direction du formateur. Restitution collective du travail. Analyse, commentaires du formateur.
Le « design » du dossier
– Rappel de règles graphiques de base
– Apprendre à choisir les bons visuels en fonction de son projet
– Etablir une relation entre la future direction artistique du film et la charte graphique du dossier
– Tour d’horizon des ressources disponibles pour illustrer les dossiers.
– Etude de cas issus de l’expérience du formateur ou de celle des stagiaires. Analyse par le formateur du design de dossiers de film documentaire ayant connus ou non une issue positive.
Le titre et les phrases d’accroche
– L’importance du titre. Trouver son titre
– Trouver et placer des phrases d’accroche.
– Evaluer la pertinence de faire appel à des documentaires référents
– Exercice pratique : brainstorming.
Sous la direction du formateur, un brainstorming est mené collectivement pour trouver un titre pertinent et convaincant au projet de chaque stagiaire.
Débat / Discussion. Bilan de la première semaine de formation
– Analyse d’échanges vécus entre auteur et producteur
– Retour sur les notions appréhendées et les exercices de cette première semaine.
– Comme bilan de la journée, réflexion collective autour du thème : quelles sont les limites du dossier ?

JOUR 6

Le pitch. Cours théorique
Soutenu par un support de cours de 30 pages, le cours théorique développe trois aspects :
– Le discours :
+ Objectif du pitch
+ Attentes des interlocuteurs
+ Structure du discours
+ Choix du vocabulaire
+ Identification des points saillants du projet
+ Outils narratifs de l’oral
– La prise de parole :
+ Contraintes et libertés
+Gestion du temps
+ Gestion du stress
+ Gestion du corps
– Les questions & réponses :
+ Les questions bienveillantes
+ Les questions complexes, peu claires ou hors sujet
+ Les questions malveillantes
+ La reformulation et la position de médiateur
+ La gestion du temps des réponses
Le pitch. Exercices pratiques
– De la Théorie à la Pratique :
Les participants disposent de 10 mn pour préparer le pitch d’une œuvre audiovisuelle existante : film, série TV, documentaire… de leur choix, classique ou récente.
Ils doivent mettre en œuvre trois aspects vus dans le support de cours :
+ La structure du discours en cinq points,
+ Les points forts de l’œuvre,
+ L’utilisation des références.
– Entraînement aux questions & réponses :
Mise en œuvre des outils du support de cours. Les participants s’entraînent à répondre :
+ Aux questions fermées (oui / non)
+ Aux questions complexes
+ Aux questions malveillantes
Leur attention est également attirée sur le temps de réponse.

NOTE : entre le Jour 6 et le Jour 9, les stagiaires préparent un pitch de leur projet sur la base du cours théorique

Le teaser vidéo
– Etudes des objectifs du teaser
– Règles et méthodologie
– Exemples de Teaser
– Exercices autour de projets actuels ou passés

JOURS 7 ET 8

Atelier pratique individuel : rédaction du dossier de présentation
 Sous la direction du formateur qui met en place un suivi personnalisé, chaque stagiaire met en pratique les notions présentées lors des jours 3,4 et 5, et se forme par la pratique à l’écriture spécifique d’un dossier de présentation de cinq pages, en s’exerçant à :
–  rédiger les éléments du dossier : résumé, note d’intention, synopsis, séquencier
–  mettre en forme son dossier en respectant les règles de « design » présentées lors du jour 5
Chaque avancée dans le travail est analysée et commentée par le formateur qui détermine les axes d’amélioration.

JOUR 9

Le pitch. Mise en pratique
Les participants ont profité de deux jours de battement entre le cours sur le pitch (jour 6) pour rédiger un premier pitch.
Chaque stagiaire pitche son projet devant une caméra.
Chacun dispose de 5 minutes de pitch, suivies de 5 minutes de questions et réponses en tête-à-tête (auquel assiste le groupe) avec la formatrice.
À l’issue de la séance de prises de vues, l’ensemble du groupe visionne les présentations. Chaque pitch est suivi d’un tour de table où les autres participants posent des questions et suggèrent des améliorations.
Cet exercice est radical pour montrer aux participants ce qu’ils peuvent améliorer. En règle générale, ils sont eux-mêmes leurs plus féroces critiques et intègrent aussitôt les améliorations nécessaires.
La phrase d’accroche
Nous élaborons ensemble des éléments pour constituer une phrase d’accroche efficace, attrayante et juste.
Identification des mots importants et de l’atmosphère du projet. Modes de formulation.
Le Pitch dans l’Ascenseur
Le stagiaire monte dans un ascenseur fictif avec le producteur idéal pour son projet. Il a jusqu’au sixième étage pour convaincre un interlocuteur distrait et pressé.

JOUR 10

Mises en situation réelle
– Rencontre avec un producteur
Chaque stagiaire présente son projet et répond aux questions d’un producteur qui a déjà pris connaissance du dossier de présentation réalisé lors des jours 7 et 8, dans le cadre d’une simulation de rendez-vous professionnel, en présence des autres stagiaires.
– Rencontre avec deux diffuseurs (responsables des productions documentaires d’une chaîne TV)
Chaque stagiaire présente son projet et répond aux questions de deux diffuseurs qui ont déjà pris connaissance du dossier de présentation réalisé lors des jours 7 et 8, dans le cadre d’une simulation de rendez-vous professionnel, en présence des autres stagiaires.
– Analyses / commentaires des intervenants
A l’issue des rencontres, les intervenants producteur et diffuseur font une analyse de la présentation, du dossier et du projet de chaque stagiaire.
Informations complémentaires
– Déterminer les critères pour s’orienter vers un producteur en fonction de son projet
– Méthodologie pour reprendre son dossier pour un autre diffuseur, une autre case ou une autre durée.
– Evocation des cas particuliers : les projets atypiques, les adaptations, l’écriture à plusieurs, les collections, les projets internationaux, les déclinaisons sur plusieurs médias.
– Echanges sur le fonctionnement des unités documentaires.
– Foire aux questions
Bilan
– Résumé des grandes notions abordées.
– Bilan pédagogique.
– Conseils et ressources


SUPPORTS DE TRAVAIL

– Dossiers de présentation de films documentaire précédemment soumis à des producteurs ou diffuseurs (utilisé pour l’étude de cas du jour 1)
– Support de cours d’une trentaine de pages concernant le pitch
– Films documentaires et extraits de films documentaires


TECHNIQUES PÉDAGOGIQUES

– Alternance d’exposé et d’exercices de mise en pratique des notions présentées (ateliers pratiques individuels ou collectifs)
– Entraînement
Chaque stagiaire s’entraîne à la rédaction d’un dossier de présentation et de ses différents éléments lors des jours 7 et 8.
– Entretien avec des professionnels
Des échanges sont menés régulièrement avec les formateurs, tous des professionnels expérimentés en activité, sur le métier d’auteur de documentaire et sur les attentes de la profession.
– Mise en situation réelle
Lors des simulations de rendez-vous professionnels organisés Jour 10
– Débat / Discussion

Le travail est systématiquement personnalisé :
– en fonction des spécificités de chaque stagiaire
– en fonction des spécificités de chaque projet


ÉVALUATION

L’évaluation est continue tout au long de la formation, notamment lors des exercices de mise en pratique.
Évaluation de fin de stage
– L’évaluation des acquis s’effectue lors des mises en situation réelle (jour 10)
Les formateurs évaluent l’acquisition des objectifs pour chaque stagiaire à l’aide d’une grille d’évaluation dont les critères ont été déterminés en amont.
– Des bilans et synthèses personnalisés sont effectués par le formateur référent
– En fin de stage, chaque stagiaire ayant suivi l’intégralité de la formation se verra remettre une attestation de suivi de stage.

Moyens techniques

– 1 grande salle de travail
– 1 connexion internet
– 1 imprimante laser + toner pour impression des dossiers de présentation réalisés jours 7 et 8
– 1 vidéo projecteur + écran large pour les visionnages d’extraits de films documentaires servant d’exemples et/ou de sujets d’études
– 1 caméra type Canon 5D Mark II + pied (pitch vidéo)