Coproduire et financer son film à l'international

En bref

PROFIL PROFESSIONNEL DES STAGIAIRES

Professionnel.le.s de l’audiovisuel et du cinéma, de documentaire ou de fiction
– Producteurs/ Responsables de productions/ Responsables financiers et juridiques des sociétés de production ainsi que l’ensemble des intervenants prenant part au financement des films
– Toute personne ayant un besoin d’accompagnement dans la coproduction internationale

PRÉREQUIS

Expérience professionnelle préalable dans la production audiovisuelle/cinéma.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUE

– Comprendre les principaux enjeux de la coproduction internationale
– Comprendre le cadre juridique et contractuel des coproductions
– Identifier les ressources permettant d’optimiser la recherche de partenaires à l’international
– Connaître les sources de financement disponible et savoir identifier les dispositifs européens de subvention
– Concevoir une stratégie d’accompagnement des projets sur les marchés de coproduction et les festivals

INTERVENANTS

Ilann Girard – Producteur (Arsam International), consultant expert en recherche de financements et développement stratégique
Raluca Calin – Consultante financements européens
Thibaut Bracq – Consultant festivals et marchés, programmateur
Clara Vuillermoz – Productrice (Les films du balibari – Point du jour)

EN QUELQUES MOTS…

Au moment où les guichets traditionnels de financement des films – notamment les télévisions – se désengagent et où il devient de plus en plus difficile de boucler le financement d’un film, les producteurs se tournent vers d’autres sources de financements disponibles, notamment pour les projets à potentiel international.
S’il existe de nombreuses opportunités de collaboration entre la France et d’autres pays, notamment par le biais des coproductions, ces opportunités peuvent être peu lisibles pour les professionnel.les. S’ils ne disposent pas des ressources et connaissances adéquates, il s’avèrera assez difficile pour eux de se repérer dans le cadre juridique et réglementaire des coproductions, et de comprendre comment fonctionnent les financements européens.

La formation « Coproduire et financer son film à l’international » se propose d’aider les professionnel.les à cerner les principaux enjeux de la coproduction internationale et de comprendre les aspects juridiques, réglementaire et financiers de la coproduction. Animée par des experts et des professionnels reconnus, elle permettra également aux participants d’identifier les ressources permettant d’optimiser la recherche de partenaires à l’international et de connaître les sources de financement disponible ainsi que les dispositifs européens de subvention. Enfin elle leur proposera d’apprendre à concevoir une stratégie d’accompagnement des projets sur les marchés de coproduction et les festivals.


ACCESSIBILITÉ

Une étude de chaque situation est effectuée par notre référent handicap (Voir page Présentation) pour mettre en place des solutions adaptées

Déroulement (résumé)

JOUR 1

– Contextualisation
– L’intérêt de participer à des projets étrangers
– Les raisons de coproduire un projet d’initiative française

JOUR 2

– Le cadre juridique réglementaire de la coproduction
– Les financements de la coproduction
– La recherche des partenaires à l’international
– Planifier et anticiper

JOUR 3

– Le cadre contractuel de la coproduction
– Les autres accords
– Un tour d’horizon des principaux pays coproducteurs
– La spécificité du financement de la télévision à l’international
– Les évolutions en cours suite à la révolution des plateformes

JOUR 4

– Le financement européen
– L’accompagnement des projets sur les marchés de coproduction et les festivals

JOUR 5

– Pourquoi produire à l’international ?
– Étude de cas n°1 (audiovisuel
– Étude de cas n°2 (cinéma)

Formateurs
  • Clara Vuillermoz

    Productrice

    Après une année d’étude en Afrique du Sud, diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon (2003), titulaire d’une licence de cinéma et d’un DESS réalisation et production de documentaire (2005), elle effectue plusieurs missions dans la production audiovisuelle comme chargée de développement puis comme productrice : Roche productions (Paris), Cocottesminute productions (Lyon - 2006-2015 – Prix Procirep du producteur français 2014). Elle rejoint ensuite la société nantaise Les films du balibari, filiale de Point du Jour, comme productrice et développe des films d’auteurs à fort potentiel international. En 2019, elle obtient aux côtés d’Estelle Robin You le Prix Procirep du producteur français. En 2020, les deux sociétés fusionnent (Point du Jour - Les films du balibari).

    Afficher la suite

    Clara Vuillermoz est diplômée de la formation de production européenne EURODOC en 2014 et lauréate du programme Sundance en 2019. Invitée régulière de l’Atelier documentaire de la Fémis, au Pitching du réel de Nyon, elle intervient aussi pour des sessions ponctuelles sur le métier de producteur pour les étudiants du Master de l’Université Lumière Lyon 2 et aux Escales buissonnières. Elle est membre titulaire de la commission du Fonds d’aide à l’innovation audiovisuelle du CNC et membre de la commission Procirep. Clara a co-fondé l’association régionale des producteurs l’APPA en 2018, où elle œuvre à la structuration et la promotion des sociétés de production en Auvergne Rhône Alpes, fédérant ainsi une vingtaine de sociétés hétérogènes.
  • Ilann Girard

    Producteur (Arsam International), consultant expert en recherche de financements et développement stratégique

    Diplômé de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris, titulaire d'une maîtrise de Droit International des Affaires de l'Université Panthéon-Sorbonne et major du DESS Gestion des Télécommunications et de la Télévision de l'Université Paris-Dauphine, Ilann Girard commence sa carrière dans la vente de séries d'animation haut de gamme et des licences de droits dérivés. En 1990, il rejoint Pandora Cinéma, société de financement et de ventes internationales dont il deviendra rapidement le Secrétaire Général ayant la responsabilité de tous les aspects juridiques des accords de développement, de coproduction, de financement et de ventes. Il fonde en 2002, Arsam, une société de conseil et, en 2004, Arsam International, une société de production tournée vers la coproduction internationale avec laquelle il a produit plus d’une vingtaine de films dont Goodbye Bafana de Bille August (Peace Award de la Berlinale) , Lebanon de Samuel Maoz (Lion d’Or Venise, Ombline de Stéphane Cazes (Prix Cannes Junior), et plus récemment Cunningham d’Alla Kovgan.

    Afficher la suite

    En 2012, il crée avec le soutien de programme Creative Europe, OLFFI.COM une plateforme sur la coproduction et les financements publics aujourd’hui utilisée par plus de 50 000 professionnels. Ilann anime régulièrement des formations pour des professionnels et présente des « cases studies ». Il enseigne au niveau Master à Paris Dauphine, dans des écoles de cinéma en France (Esra, Eicar) et à l’étranger (dont la NFTS de Londres et l’IFS de Cologne). Il a publié une série de guides sur la production et le financement des projets internationaux publiés par MyPocket Guide / MovieSoft Il est membre de l’UPC et de l’Académie Européenne du Cinéma où il a représenté pendant 6 les professionnels français.
  • Raluca Calin

    Consultante financements européens

    Dr Raluca Calin est sociologue, spécialiste du cinéma européen. Ses recherches portent sur les politiques européennes de financement du cinéma, la gouvernance européenne dans le domaine culturel. Elle enseigne dans plusieurs universités la production cinématographique européenne. Elle met son expertise au service des institutions publiques pour élaborer des études du marché cinématographique. Elle dispense également des services clé en main pour aider les producteurs·trices à optimiser leur demandes de financements européens, proposant un accompagnement individuel et personnalisé au montage de dossiers : fonds MEDIA - Développement ou Programmation TV selon les cas, fonds Eurimages pour la production, ou encore Erasmus+.

    Afficher la suite

  • Thibault Bracq

    Consultant festivals et marchés, programmateur

    Thibault Bracq a été programmateur pendant 13 ans au festival Premiers Plans d’Angers et y a coordonné les Ateliers d’Angers entre 2012 et 2019. Il a auparavant coordonné puis dirigé le marché professionnel Paris Project au Festival Paris Cinéma de 2007 à 2012. Il a également travaillé avec diverses structures et festivals à la mise en place de programmes d’accompagnements de cinéastes et producteur.trice.s internationaux, autour de sélections de projets de longs métrages (fiction, documentaire, animation) : La Fabrique à Cannes en lien avec l’Institut français (projets d’Amérique latine, d’Asie, du Monde arabe et du continent africain), les programmes Alliance for Development (projets de France, Italie, Allemagne, Suisse) et Open Doors (projets d’Asie du Sud, Asie du Sud-Est, Mongolie) à Locarno.

    Afficher la suite

    Il est programmateur international du festival d’Oulan Bator en Mongolie depuis juillet 2013. Il est actuellement Responsable des Ateliers de l'Atlas au Festival International du Film de Marrakech depuis mars 2020.
Programme détaillé

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME DÉTAILLÉ (+ TARIF)

PROGRAMME DÉTAILLÉ

JOUR 1

Intervenant : Ilann Girard
Introduction
Présentation de l’intervenant et de son parcours
Objectifs et déroulé de la formation
Contextualisation
Développement de la part du financement international dans les films
– La coproduction internationale
+ L’évolution du nombre de films coproduits
+ Les raisons (baisse des financements, nouveaux sujets …)
+ Les effets (distribution, notoriété …)
– Les autres financements à l’international (hors coproduction)
+ Les préventes
+ L’equity
+ Les mécanismes de « rebate »
L’intérêt de participer à des projets étrangers
La coproduction minoritaire (les films « du monde »)
Les raisons de coproduire un projet d’initiative française
– Raisons organiques
+ Histoire /langue de tournage
+ Lieux de tournage
+ Casting
– Raisons marketing
+ Positionnement marketing
+ Choix des comédiens
+ Meilleure circulation des coproductions
– Raisons économiques
+ Réglementation
+ Coûts de fabrication
+ Compétences spécifiques
+ Des financements spécifiques et un accès à des financements étrangers
– Raisons juridiques
+ Qualification juridique du film
+ Des conditions d’exploitation plus favorables (droits de douanes, quotas,)
+ Des aides à la diffusion

JOUR 2

Intervenant : Ilann Girard
Le cadre juridique réglementaire de la coproduction
– Pourquoi des traités ?
+ Traités bilatéraux
+ Convention Européenne pour la co-production cinématographique
– Les règles à l’œuvre
+ Règles nationales
+ Test culturels
– Les différents types de coproduction (majoritaire/minoritaire, financière)
Les financements de la coproduction
– Un encouragement à la coproduction en Europe dès la phase de développement
– Les financements spécifiques à la coproduction
+ Les aides « cinéma du monde « : des principes dérogatoires au cadre habituel
+ Aide au repérage par les commissions du film
+ Minitraité
+ Eurimages : le cadre de la convention européenne
+ Aides pour attirer les productions étrangères
– Les aides classiques
– Combiner les aides en utilisant les traités de coproduction
La recherche des partenaires à l’international
– Quand commencer la recherche ?
– Comment et où trouver les partenaires internationaux ?
– Pitcher un projet à l’international
Planifier et anticiper
– Comment anticiper les questions de qualification ?
– Solliciter les fonds publics
– Les aspects financiers
+ Le rôle des banques
+ La trésorerie (cashflow) et le partage des recettes
– Les documents à préparer
+ La chaîne des droits (chain of title)
+ Les documents de la société de production

JOUR 3

Intervenant : Ilann Girard
Le cadre contractuel de la coproduction
– Les différents types d’accord : lettre accord / deal memo / contrat de coproduction
– Les principaux points d’un contrat de coproduction
– Étude de cas : le formateur fait une analyse commentée d’un contrat de coproduction avec les stagiaires pour leur permettre d’apprécier les risques et déterminer les clauses essentielles qu’ils devront négocier dans leurs activités professionnelles.
Les autres accords
– L’accord avec un agent répartiteur des recettes : le CAMA
– L’accord avec les différents partenaires du Film : l’Interparty agreement
Un tour d’horizon des principaux pays coproducteurs
– La coproduction avec les partenaires américains
– Cas pratique de recherche de financements et pays coproducteurs avec la plateforme Olffi.com.
La spécificité du financement de la télévision à l’international
– Le rôle des diffuseurs dans l’initiative des projets
– La limitation du nombre des partenaires financiers
– L’organisation du workflow
– La valorisation du marché international
– La part des financements publics
Les évolutions en cours suite à la révolution des plateformes
– Les conséquences de la suppression des intermédiaires (agent de vente, distributeur, exploitant)
– La nouvelle hiérarchie des contenus
– Concentration du secteur de la production et de la distribution
– La place du cinéma indépendant et le rôle du producteur

JOUR 4

Le financement européen
Intervenante : Raluca Calin
– Présentation des programmes de financement européens : Europe Créative – MEDIA, Erasmus Plus et Eurimages
– Europe Créative MEDIA : Développement (Single/Slate Projects) et/ou TV Programming (pour téléfiction ou série audiovisuelle)
+ Enjeux et fonctionnement des financements
+ Projets cibles et leur financement
+ Éligibilité / Sélection / Attribution
+ Analyse critique des dossiers ayant obtenu ces financements (comment monter un dossier d’aide EU)
– Eurimages : Aide à la coproduction
+ Enjeux et fonctionnement du financement
+ Projets cibles
+ Comment monter un dossier Eurimages
L’accompagnement des projets sur les marchés de coproduction et les festivals
Intervenant : Thibaut Bracq
– Pourquoi participer à un marché de co-production et quelles stratégies adopter ?
+ Présentation des enjeux d’un marché de co-production: ce qu’il vaut savoir avant de s’y rendre
+ Participer à un marché de coproduction avec un projet en développement ou un film en post-production
+ Participer à un marché de coproduction en tant que professionnel invité et/ou accrédité
+ Comment sont sélectionnés les projets et comment travaillent les équipes d’un marché de co-production
– Choisir son marché professionnel au mieux: présentation d’une sélection de marchés de co-production et des programmes d’accompagnement de projets
+ Les marchés de co-productions liés aux festivals de catégorie A
+ Les marchés de co-productions à dimension régionale
+ Programmes d’accompagnements hybrides pour les projets de long métrage en co-production (La Fabrique à Cannes par exemple / Le Groupe Ouest)
+ Quelques exemples de dispositifs de soutien en France (ACM au CNC / Dispositifs régionaux comme l’Aide au co-développement international de Ciclic)
– Les stratégie de participation en festival
+ La question des premières internationales et/ou mondiales: pourquoi ?
+ Quel est le rôle du vendeur international ?
+ Comment construire une stratégie de diffusion en festival sans vendeur international ?
+ Pourquoi une visibilité en festival est-elle si importante ?

JOUR 5

Intervenante : Clara Vuillermoz (Point du jour – Les films du Balibari
Introduction : présentation de la structure, la fusion de 2 sociétés avec un
fort ADN international
Pourquoi produire à l’international ?
Définir et discuter de l’intérêt de produire à l’international dans la stratégie d’un/e producteur.trice.
– Quels sont les projets au potentiel international ?
– Qu’est-ce que cela implique :
+ en termes de réseaux
+ dans la relation avec les auteurs
+ en temps de production
+ en terme de collaborations
Étude de cas n°1 – audiovisuel
Projet étudié : « Zinder » (2021) de Aicha Macky (France, Niger, Allemagne)
– La genèse du projet
– Le développement éditorial à l’international (la distance, les pitchs, labs et workshops internationaux)
– Budget et contrats
– Le travail éditorial pour obtenir des fonds internationaux (Sundance Institute, IDFA Bertha coproduction fund, Hot Docs Blue Ice, World Cinema Fund)
– Le choix des coproducteurs
– Le choix du vendeur international
– La stratégie festival et de diffusion internationale
Étude de cas n°2 – cinéma
Projet étudié : « Polaris » (2022/2023) de Ainara Vera (France, Groenland)
– La genèse du projet
– Le développement éditorial à l’international (la distance, les pitchs, labs internationaux)
– Budget et contrats
– Le travail éditorial pour obtenir des fonds internationaux (Chicken & Eggs Pictures)
– Le choix des coproducteurs
– Le choix du distributeur salle et du vendeur international
– La stratégie festival et de diffusion internationale


SUPPORTS DE TRAVAIL

– Supports de cours préparés par chaque intervenant
– Films, extraits de films, teasers


TECHNIQUES PÉDAGOGIQUES UTILISÉES

Exposé
Etudes de cas pratiques
Entretien avec des professionnels
Des échanges sont menés régulièrement avec les formateurs, tous des professionnels expérimentés en activité
Débat / Discussion


EVALUATION

En fin de formation, un bilan d’évaluation est effectué à l’aide d’un QCM.

Moyens techniques

– 1 grande salle de travail avec connexion internet
– 1 vidéo projecteur + écran large pour les visionnages d’extraits de films ou de teasers de films servant d’exemples et/ou de sujets d’études
– 1 système de diffusion sonore