Pitcher pour convaincre

Stage conventionné
en accès collectif
AFDAS

Formation ouverte pour 8 stagiaires

3 jours, 22 heures

Profil professionnel des stagiaires

Professionnels de l’audiovisuel et du cinéma : scénaristes, réalisateurs, producteurs, diffuseurs et distributeurs (cinéma, fiction TV, documentaire, jeunesse, programmes de flux, multimédia) et tous porteurs de projet, quel que soit son stade d'avancement.

 

Prérequis :

Etre porteur d'un projet, quelque soit son stade d'avancement

Objectifs Pédagogiques

 - Construire et perfectionner le pitch d’un projet spécifique.

 - Maîtriser la méthodologie de la présentation orale.

 - Convaincre des partenaires de participer à son projet.

- Aborder sereinement les rendez-vous professionnels ou les présentations publiques  de son projet

Qu’est-ce que le « pitch » ?

Pitcher, c’est raconter pour convaincre.
Convaincre qu’on tient une bonne histoire, des personnages forts, une structure solide.
Convaincre des producteurs, des diffuseurs, des collaborateurs techniques ou artistiques.
Convaincre pour obtenir un accord de principe, un rendez-vous plus long, une participation, un financement.
On pitche dès qu’on entre en rendez-vous, dès qu’on approche un partenaire potentiel . Comme monsieur Jourdain et la prose, nous pitchons tout le temps, sans nous en apercevoir.

Pourquoi se former au pitch ?

Ces dix dernières années, des séances de pitch ont fleuri dans tous les festivals audiovisuels. Cinéma, fiction, documentaire, animation, tous les genres sont concernés.
Pourtant, nos parcours scolaires ne nous préparent que très partiellement à cet exercice crucial. Contrairement aux confrères belges, qui passent des épreuves orales tous les ans dans leur cycle d’études secondaires, nous sommes dans une culture de l’écrit, où l’oral n’intervient qu’au rattrapage.
Même les comédiens de métier sont fragilisés. La prise de parole est une chose, mais l’organisation du discours en est une autre. On vient de passer six mois sur un projet, il dure une heure et demie, mais il faut le raconter en cinq minutes. Par où commencer ?

La formation «Pitcher pour convaincre» a pour vocation de combler ces deux lacunes.
Des exercices pratiques rendent confortable la prise de parole, même face à des décideurs pressés. Et un gros travail de détail permet aux auteurs d’organiser leur discours, de choisir les mots qu’il faut et les arguments qui font mouche, sans perdre l’âme du projet en route. 

Les bénéfices de la formation ?

Pitcher son projet, avec ses mots.
Le participant, à l’issue de la formation, peut convaincre de l’intérêt de son projet en toutes circonstances. Sans jamais trahir la vraie nature du projet, ni la personnalité de son auteur.

Comprendre les attentes des décideurs.
Pitcher, ce n’est pas seulement raconter une histoire. Il faut injecter dans son récit les informations cruciales qui permettent à un producteur, un diffuseur, un financier de décider très vite s’il pourrait s’intéresser au projet.

Résumer tous les projets, tout le temps.
À l’oral, bien sûr. Mais aussi par écrit. Un synopsis, un mail qui sollicite une lecture ou un rendez-vous, reposent sur les mêmes bases que le pitch oral. Structure efficace, vocabulaire visuel et attrayant, ton et atmosphère du projet.

Gagner en assurance.
Le pitch n’est pas une fin en soi. C’est le déclencheur d’un rendez-vous plus long, avec des partenaires déjà intéressés par le potentiel du projet. La confiance est contagieuse. Un décideur aura envie d’accorder plus de temps à un auteur qui croit en son projet. 

 

À l’issue de la formation, le stagiaire dispose d’un pitch professionnel pour son projet. Il dispose également d’une méthodologie qui lui permettra de pitcher, par oral ou par écrit, tous ses projets à venir.

Proposition d’une méthodologie complète, adaptable à tous types de projets : structure du discours, grammaire et syntaxe, outils de prise de parole et de lutte contre le trac.


Formateurs

Claire Dixsaut

Claire Dixsaut est considérée par la profession audiovisuelle comme LA référence française en termes d’enseignement du pitch.

Elle forme à cette discipline depuis 1998 dans divers pays d’Europe, faisant partager aux stagiaires une riche expérience d’ex-directrice de production et de responsable d’unités de programmes, en France et aux USA (Ex-line producer à Canal +, elle a ensuite assuré la création et la direction du pôle de coproduction européenne des documentaires et fictions pour 12 chaînes US du groupe Turner/Time Warner puis la direction des programmes internet de MSN – Microsoft France).

En France, elle forme régulièrement au pitch pour différents établissements et institutions audiovisuels : INA, SACD (notamment lors des festivals de Saint-Tropez, La Rochelle, Aix-les-Bains et Biarritz), Conservatoire Européen d’Ecriture Audiovisuelle…

Elle enseigne également le scénario et les mécanismes de la production pour plusieurs structures : ESEC (École Supérieure d’Études Cinématographiques) ESG (École Supérieure de Gestion), ISCPA (Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel), INA…

 

Claire Dixsaut est aujourd’hui co-scénariste de plusieurs séries télévisées aux Etats-Unis (“Justified”, “Under the Dome”, “The Cleaner”, “The Good guys”) et scénariste d’une dizaine de films Direct to Video puis Direct to VOD.

En France, elle est script doctor pour différentes sociétés de production (Gaumont : “OSS 117 : Le Caire Nid d’Espions et “OSS 117 : Rio ne répond plus”, Ego Productions, Kazak Films…) et des scénaristes indépendants.

 

Elle est également auteur du roman policier « Poivre, noir » (Editions La Maison) premier opus de la série « Une enquête criminelle de Sam Locksley, chasseur d’épices » dont le deuxième tome va être publié prochainement.

         Claire Dixsaut a été rédactrice en chef du magazine professionnel La Gazette des Scénaristes et a créé à Cannes le prix du meilleur scénario de court métrage dans la Semaine de la Critique.

       Elle est auteur de livres qui marient la cuisine, le voyage et le cinéma («À table avec Charlie Chaplin, 60 recettes vagabondes», «À table avec Louis de Funès, 60 recettes bien de chez nous», «À table avec la Mafia, 90 recettes italo-américaines», «Bon appétit, Mr. Bond »…)

 


Programme

La formation se déroule sur trois jours pleins (Total : 22 heures)

 

Note : Une journée «off» est laissée entre le Jour 1 et le Jour 2.
Les stagiaires pourront ainsi assimiler plus aisément le cours théorique du Jour 1 et préparer un pitch de leur projet qui sera testé dès le Jour 2.

 

JOUR 1 (8h)

 

Matin : Cours théorique

Soutenu par un support de cours de 30 pages, le cours théorique développe trois aspects.

1. Le discours :

  • Objectif du pitch
  • Attentes des interlocuteurs
  • Structure du discours
  • Choix du vocabulaire
  • Identification des points saillants du scénario
  • Outils narratifs de l’oral

2. La prise de parole :

  • Contraintes et libertés
  • Gestion du temps
  • Gestion du stress
  • Gestion du corps

3. Les questions & réponses :

  • Les questions bienveillantes
  • Les questions complexes, peu claires ou hors sujet
  • Les questions malveillantes
  • La reformulation et la position de médiateur
  • La gestion du temps des réponses

 

Après-midi : Exercices pratiques

1. De la Théorie à la Pratique
Les participants disposent de 10 mn pour préparer le pitch d’une œuvre audiovisuelle existante : film, série TV, documentaire… de leur choix, classique ou récente.
Ils doivent mettre en œuvre trois aspects vus dans le support de cours :
La structure du discours en cinq points,
Les points forts de l’œuvre,
L’utilisation des références.

2. Entraînement aux questions & réponses

  • Mise en œuvre des outils du support de cours. Les participants s’entraînent à répondre :
  • Aux questions fermées (oui / non)
  • Aux questions complexes
  • Aux questions malveillantes
  • Leur attention est également attirée sur le temps de réponse.

 

JOURNEE «OFF» entre le Jour 1 et le Jour 2 pendant laquelle les stagiaires préparent un pitch de leur projet sur la base du cours théorique dispensé la veille.

 

 JOUR 2 (7h)

 

Matin : Premier Pitch, et Exercices

1. Premier Pitch
Les participants ont profité d’un jour de battement après le premier jour de cours pour rédiger un premier pitch.
Chacun dispose de 5 minutes de pitch, suivies de 5 minutes de questions & réponses en tête-à-tête (auquel assiste le groupe) avec la formatrice. Chaque pitch est suivi d’un tour de table où les autres participants posent des questions et suggèrent des améliorations.

2. La phrase d’accroche
Nous élaborons ensemble des éléments pour constituer une phrase d’accroche efficace, attrayante et juste.
Identification des mots importants et de l’atmosphère du projet. Modes de formulation.

 

Après-midi : Exercices pratiques

1. Le téléphone arabe
Chaque participant doit pitcher le projet… de son voisin. C’est l’occasion de voir ce qui reste des points saillants évoqués dans le pitch, et de pointer les lacunes.

2. Les points forts
Au tableau, trois colonnes. Les attentes du spectateur, du producteur, et du diffuseur potentiel. Le pitch remplit-il ces attentes ?

 

JOUR 3 (7h)

 

Matin : Le Pitch en Vidéo

Chaque stagiaire pitche son projet devant une caméra.
À l’issue de la séance de prises de vues, l’ensemble du groupe visionne les présentations.
Cet exercice est radical pour montrer aux participants ce qu’ils peuvent améliorer. En règle générale, ils sont eux-mêmes leurs plus féroces critiques et intègrent aussitôt les améliorations nécessaires.

 

Après-midi : Exercices pratiques

1. Rédiger un « pitch » écrit
Les règles et les astuces pour présenter un projet en quelques lignes, en tête d’un scénario (« executive summary ») ou dans un e-mail.

2. Le Pitch dans l’Ascenseur
Troisième pitch de la formation.
Le stagiaire monte dans un ascenseur fictif avec le producteur idéal pour son projet. Il a jusqu’au sixième étage pour convaincre un interlocuteur distrait et pressé.

Séance de validation
Evaluation des connaissances acquises par les stagiaires.

Méthode Pédagogique

Techniques pédagogiques :

- Alternance de cours théoriques, d’exercices de mise en pratique, d’entraînement

- Confrontation aux contraintes d’efficacité par une mise en situation réelle

 

Suivi des stagiaires :

Le travail est systématiquement personnalisé :

  • en fonction des spécificités de chaque stagiaire
  • en fonction des spécificités de chaque projet, et de ses débouchés économiques

 

Evaluation :

L’évaluation est continue tout au long de la formation, notamment lors des exercices de mise en pratique.

Evaluation en fin de stage

Elle s’effectue lors du "pitch vidéo" (Jour 3).

La formatrice évalue l'acquisition des objectifs pour chaque stagiaire à l'aide d'une grille d'évaluation dont les critères ont été déterminés en amont par la formatrice et le responsable pédagogique.

- Des bilans et synthèses personnalisés sont effectués par la formatrice

- En fin de stage, chaque stagiaire ayant suivi l’intégralité de la formation se verra remettre une attestation de suivi de stage.

Moyens techniques

  • 1 grande salle de travail
  • 1 caméra type Canon 5D Mark II + pied
  • 1 vidéo projecteur + écran large pour les visionnages

 

Supports de cours :

Un support de cours d’une trentaine de pages est fourni aux stagiaires en début de formation